Propos de Brasilia

 

BRASÍLIA – SOUS LE SIGNE DE LA CROIX

"Deux axes se croisant à angle droit, c’est à dire : le signe même de la croix” 
(Lúcio Costa)

Cruz ermida de Dom Bosco.

Des traces indélébiles de la spiritualité marquent la géographie et l’histoire de la capitale du Brésil.
Au début du mois de février de 1955, le maréchal José Pessoa Cavalcanti de Albuquerque, président de la Commission pour la Localisation de la nouvelle capitale, accompagné par le maréchal Mário Travassos et le médecin Ernesto Silva, a visité le “Planalto Central” (le haut plateau central). Au mois d’avril de la même année, il a demandé au gouverneur de Goiás, José (Juca) Ludovico, comme une des trois mesures urgentes, l’érection d’une croix sur le point plus haut de la région,.
Grâce aux efforts de l’ingénieur dévoué Bernard Sayão, vice-gouverneur de Goiás, une belle croix a été construite. On pensait même à une Messe à être célébrée à son cote, par le cardinal Jaime de Barros Câmara, Archevêque de Rio de Janeiro, le 9 juillet de cette même année 1955, avec la présence du Président Café Filho. À la demande du même dynamique Bernardo Sayão, au mois de février de 1956 le père salésien Cleto Caliman a officié une Eucharistie auprès de la Croix.
Le 15 juin de 1956, à 9h30, Bernardo Sayão descendait d’un petit avion, sur une piste rudimentaire. Rapidement il est parvenu à la transformer dans un champ d’aviation. Et alors il a ordonné d’écrire à son côté, sur le propre terrain  avec du chaux, en des lettres géantes de près de cinq mètres chacune, le nom “Vera Cruz” (la Vraie Croix).
Dans son premier Voyage à Brasilia, le 2 octobre de 1956, le président Juscelino Kubitschek est aterri sur la piste où plus tard allait surgir la Gare “Rodoferroviária” (des chemins de fer et des autobus). Le président, son cortège et les hôtes – parmi lesquels le gouverneur de Goiás, Juca Ludovico, et Bernard Sayão, à ce moment déjà le directeur exécutif de la Nouvelle Capitale – se sont déplacés immédiatement vers la grande Croix en bois, le point le plus haut de la région.
Une croix de beauté singulière, au dessus de la chapelle de Don Bosco, conçue par Oscar Niemeyer, à la demande de Israel Pinheiro. En forme de pyramide triangulaire, la première oeuvre de maçonnerie achevée de Brasilia a été inaugurée le 31 décembre de 1956. De nombreuses personnes vont la visiter, parmi lesquelles, annuellement, beaucoup de pieux, dans des processions terrestres ou nautiques, le dimanche le plus proche du 30 août. À cette date, em 1883, le saint visionnaire a eu le fameux rêve qui avait prévu l’émergence d’une terre promise entre les parallèles 15 et 20.
Le grand urbaniste Lúcio Costa, vainqueur le 26 mars de 1957 do Concours do Plan Pilote, a expliqué l’inspiration de son projet de cette façon : “La présente solution est née du geste primaire ce celui qui marque un endroit ou qui en prend possession : deux axes se croisant à angle droit, c’est-à-dire, le signe même de la Croix”.
Près de la Croix, à l’endroit oú se trouve aujourd’hui le Mémorial JK et la Cathédrale Militaire, à une altitude de 1.173 m, le Cardinal Carlos Carmelo Motta a célébré la première Messe officiellement programmée, le 3 mai de 1957, le jour de la fête de la Sainte Croix, selon le calendrier liturgique de l’époque. Le Cardinal soulignait comme trois points centraux de la vie nationale : la découverte en 1500, l’indépendance en 1822, et la fondation de la nouvelle capitale. Le Président Kubitschek a mis en relief : “Par cette Première Messe une semence spirituelle est plantée”.
La caravane d’intégration nationale arrive à Brasilia le 2 février 1960. Elle est composée de quatre colonnes, venues de Belém (Le Nord), de Porto Alegre (le Sud), de Rio de Janeiro (l’Est) et de Cuiabá (l’Ouest). Par coincidence, elles formaient une croix. Dans sa prière de Noël à Brasilia, Guilherme de Almeida, le Prince des poètes brésiliens, écrit : “Maintenant et ici se réalise le Carrefour du Temps et de l’Espace, le chemin qui vient du passé et se dirige vers l’avenir. Le chemin du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest. Le chemin tout au long du monde. Ils se croisent ici à ce moment par le signe de la Sainte Croix”.
La même Croix historique de la flotte de Cabral, devant laquelle le Frère Henrique de Coimbra en 1500 a célébrée la Première Messe au Brésil, était présente à l’autel monté sur la Place des Trois Pouvoirs, le 21 avril de 1960, pour l’Eucharistie célébrée par le Cardinal Manuel Cerejeira, à l’inauguration de Brasilia. Ce même jour, le Président Kubitschek, s’adressant aux ouvriers, a declaré : C’est la volonté de Dieu qui a construit cette ville. Avec la pensée sur la Croix oú a été célébré le Saint Sacrifice, je demande au Créateur qu’Il maintienne l’unité nationale de façon chaque fois plus forte, qu’Il nous donne toujours cette atmosphère de paix indispensable pour le travail fécond, et qu’Il conserve en vous, constructeurs de Brasilia, ce même esprit fort avec lequel vous avez érigé cette grande ville”.
C’est important de rappeler que, au matin du 21 avril  de 1975, le gouverneur du District Fédéral, l’ingénieur Elmo Serejo Farias, a donné la Croix auprès de laquelle la Première Messe officiellement programmée avait été célébrée en 1957, au Club des Pionniers de Brasilia, représenté par son président Newton Egydio Rossi, pour qu’il la garde et la conserve. La solennité a eu lieu au même endroit de l’évènement historique. L’archevêque de Brasilia, Dom José Newton de Almeida Batista, en était un des témoins. Cette Croix se trouve dans la Cathédrale de Brasilia.
Au commencement de Brasilia, de nombreux missionnaires de la foi, dévoués, de différentes dénominations religieuses, ont travaillé durement. Parmi eux, le Père Salésien Roque Valiati Batista occupe sûrement une place spéciale. Il est né le 15 août de 1918 à Inhauma, la plus ancienne des communautés de la commune de Iconha (ES). Il a exercé son ministère sacerdotal dans les villes bien distantes de Bagé (RS), Jaciguá (ES), Araxá (MG), Vitória (ES) e Goiânia (GO). Le Père Roque a assumé, dès le début, la direction de la Paroisse de Dom Bosco, dans le Noyau Bandeirante. La paroisse, créée le 16 juillet de 1957 par Dom Fernando Gomes de Oliveira, archevêque de Goiânia, était la première du territoire, à ce moment encore futur, de l’Archidiocèse de Brasilia.
Le 24 décembre de cette même année, le Pére Roque célébrait déjà la Messe de Noël dans l’Église que venait d’être construite en bois. Fondateur de l’école pour les fils des ouvriers, serviable, solidaire dans la douleur, et dévoué à la promotion sociale de son troupeau, il s’est rendu une figure humaine très chère. Après 37 ans de service infatigable, il est décédé le 15 juin de 1994. Ses restes reposent dans la nouvelle Église qu’il avait construite.
À ce même endroit historique, de nombreuses fois les évêques de Brasilia, Dom José Freire Falcão et Dom João Braz de Aviz, ont célébré la Sainte Messe le 3 mai (la fête de la Sainte Croix), et le 12 septembre (l’anniversaire du président Juscelino Kubitschek). La permanence de ces traditions à ce même endroit – si possible encadré dans des conditions semblables à celles du 3 mai de 1957 – pourra certainement contribuer pour que la prière du fondateur de Brasilia en ce jour inoubliable soit réitérée et écoutée : “Que Brasilia se modèle en conformité avec les hauts desseins de Dieu, que la Providence fasse de la réalité terrestre un réflexe de la cité divine”.

Pe José Carlos Brandi Aleixo CE de l’Éq. 12 Professeur Emérite de l’ UNB

 

 

Un petit peu de Brasilia, siège du XI Rassemblement International des END

Brasília Musée (http://www.museuvirtualbrasilia.org.br/)

Catedral Metropolitana de Brasília
Brasilia est la capitale de la République Fédérative du Brésil. Elle est connue comme ‘Capitale de l’Espoir’, nom donné par l’écrivain français André Malraux quand elle a été inauguré par le président Juscelino Kubischek de Oliveira ; elle est la troisième capitale du Brésil. À partir de cette date le transfèrement des principaux organes de l’administration fédéral ont commencé en direction de la nouvelle capitale. Dans le dernier cens effectué par IBGE (2007) le Brésil a une population de 2.455.903 habitants et la capitale fédéral a le plus grand PIB per capita du Brésil R$ 22.430,14. Elle est suivie par São Caetano do Sul (la ville plus dévelo ppée du Brésil) avec 0,934 de IDH et de R$20.050,81 de PIB per capta. Elle se situe dans la région Centre-Ouest. Le plan urbaniste de la capitale, connu comme ‘Plano Piloto’ a été fait par Lúcio Costa, qui a aussi conçu le Lac Paranoa, lequel retient 600 millions de mètres cubiques d’eau. Beaucoup de constructions de la Capitale Fédéral ont été projeté par le célèbre architecte Oscar Niemeyer.

Vue de l'intérieur de la cathédrale


Touchez les photos pour les augmenter:

Le lieu de la Rencontre


Gymnase Nelson Nilson
Le gymnase Nilson Nelson se trouve à la ville de Brasilia, au centre ville, proche de la cathédrale de Brasilia.

Ce gymnase peut abriter 12 mille personnes, et il a été inauguré le 21 avril 1973. Son nom est un hommage àun journaliste.

Sa struture et son confort ont agrée le comité Organisateur du XI Ressemblement Internacional des END pour être le siège de l`événement de juillet 2012, au Brésil.

Touchez les photos pour les augmenter:

Copyright © 2010 - Tous droits réservés
Secrétariat international des Équipes Notre-Dame - 49 rue de la Glacière (7ème étage) 75013 Paris
comunicacao@brasilia2012.com.br